Vous êtes ici : Accueil > Actualités > L'aluminium, toxique chez l'animal ; qu'en est-il chez l'homme?

L'aluminium, toxique chez l'animal ; qu'en est-il chez l'homme?

Le 29 août 2015

Récemment, lors de la conférence de Keel (26 mars 2013), le Dr Shaw a montré que l’aluminium est toxique chez l’animal.

On sait que l’aluminium peut être impliqué dans :

-L’altération de la mémoire, la cognition et le contrôle psychomoteur,

-L’altération de la neurotransmission et de l’activité synaptique,

-L’interférence avec la barrière hémato-encéphalique,

-L’activité pro-oxydant,

-L’activation de l’inflammation du cerveau,

-La dépression du métabolisme du glucose cérébral,

-La promotion de l’amylose,

-L’activation possible des réactions auto-immunes.

L’aluminium des vaccins a été mis en corrélation avec les troubles du spectre autistique. La chose est à la fois statistiquement significative et répond, à l’exception d’un seul, à tous les critères de Hill.

Les souris qui ont reçu l’équivalent en aluminium proportionnellement à celui que l’on retrouve dans les doses pédiatriques, font penser que se effets sont dose-dépendants.

Les modifications histologiques (=modifications des tissus) comprennent des réactions neuro-inflammatoires chez les souris mâles et femelles.

Certaines de ces réponses peuvent être provoquées par une réaction auto-immune. Elles peuvent, par conséquent, faire partie du syndrome inflammatoire auto-immun.

Le Dr Shaw suggère de faire des études avec imagerie chez l’homme pour pouvoir déterminer où va l’aluminium et pendant combien de temps il se maintient dans le système nerveux central.

Il suggère également de faire des études concernant l’élimination de l’aluminium du système nerveux central.

Il est bien évident qu’en ce qui concerne l’aluminium des vaccins, de grands progrès doivent encore être réalisés…

Contact
Contact
06 06 57 25 28
Voir toutes les actualités Rappel Gratuit Prendre RDV