Vous êtes ici : Accueil > Actualités > L'ail, un merveilleux alicament

L'ail, un merveilleux alicament

Le 10 mai 2015

L’ail est originaire d’Asie centrale mais li est cultivé partout dans le monde.

C’est une plante vivace, à bulbe contenant une dizaine de caïeux, improprement appelés « gousses », et produisant une hampe florale de 70 cm. Les feuilles engainantes renforcent la rigidité de la tige creuse.

Hérode rapporte que, lors de la construction de la grande pyramide de Kheops, on fournissait de l’ail aux ouvriers bâtisseurs.

Les principes réputés thérapeutiques sont instables. Dans l’ail frais, coexistent des dérivés oxygénés de la cystéine (allyne) et une enzyme (allynase). Dès que ces composés sont en contact, il se produit la formation de thiosulfinates (allicine = principe actif), eux-mêmes instables, évoluant en di-sulfure d’allyle. Dans le bulbe, on trouve des vitamines A, B, C, de la garlicine et de l’alisine aux propriétés antibiotiques, des sucres, des sels minéraux (calcium, phosphore, fer, sodium, potassium, magnésium, soufre, iode, silice). L’ail est un merveilleux « aliment-remède ».

 

Un détoxiquant

L’eau, l’air, le sol et la nourriture sont les principaux vecteurs d’intrusion de métaux lourds et de substances chimiques délétères dans notre organisme. L’ail permet de libérer les métaux emprisonnés dans les tissus, notamment des reins et des vaisseaux sanguins, et se révèle un dépurateur de l’organisme de premier ordre.

 

Les pathologies cardio-vasculaires

Actuellement, l’attention est portée sur ses remarquables propriétés protectrices du système cardio-vasculaire.

Il dilaterait les altères coronaires et serait donc un protecteur du muscle cardiaque, évitant le lit souvent mortel de l’infarctus du myocarde.

En effet, l’ail agit à tous les niveaux de l’artériosclérose : il est hypotenseur, hypocholestérolémiant (promoteur du HDL-cholestérol, inhibiteur du LDL-cholestérol), hypotriglycéridémiant, antiplaquettaire, anti-inflammatoire (inhibe la synthèse de l’acide arachidonique), antispasmodique.

Pour obtenir une teinture d’ail, laisser macérer, une quinzaine de jours, à l’obscurité, 50 grammes d’ail écrasé dans 20 cl d’alcool à 40° puis prendre chaque jour, 20 gouttes de cette teinture avant les repas.

 

Anti-infectieux

L’ail est antiviral (grippe), antibactérien (choléra), antiparasitaire (dysentérie amibienne, oxyurose), antifongique (pied d’athlète, mycoses vaginales) par modification du terrain plutôt que par effet direct.

Au niveau dermatologique, l’ail sera utile dans les furoncles et les ulcères infectés (présence de soufre). Lors de la Seconde Guerre mondiale, l’armée russe s’en servait dans cette indication, on parlait alors de la « pénicilline russe ». Son action antispasmodique et anti-infectieuse sera mise à profit dans les affections pulmonaires telles que l’asthme, la coqueluche, la tuberculose, la grippe.

Quand on veut faire avorter un « rhume de cerveau », il faut respirer plusieurs fois par jour des gousses d’ail coupées en morceaux.

Le vinaigre d’ail s’obtient en faisant macérer 30 grammes d’ail dans 1/3 de litre de vinaigre de vin (il est préférables de piler les gousses) et cela pendant 10 jours. Ce vinaigre désinfecte les ulcères et les plaies, il soulage les douleurs rhumatismales.
L’ail est présent dans le vinaigre des quatre voleurs employé au 17è siècle pour enrayer l’épidémie de choléra.

Pour obtenir de l’huile d’ail, broyer 60 grammes d’ail avec 125 grammes de saindoux et 125 grammes d’huile d’olive. Servez-vous-en en frictions contre les foulures, les névrites, les douleurs rhumatismales. Appliqué sur la plante des pieds ou le long de la colonne vertébrale, cet onguent agit favorablement pour dégager les poumons en cas d’asthme, de coqueluche, de catarrhe.

 

Le cancer

Des études ont montré que les personnes qui consomment régulièrement les légumes de la famille de l’ail (ail, oignon, ciboulette, poireau) ont un risque moindre de développer plusieurs types de cancers, en particulier ceux du tube digestif, comme les cancers de l’estomac et du côlon. Cet effet protecteur est lié à la présence de composés soufrés qui accélèrent l’élimination des substances toxiques cancérigènes de notre organisme, ce qui diminue les risques que ces substances s’attaquent à notre matériel génétique et provoquent des mutations qui peuvent amorcer un cancer. Les composés anticancéreux de l’ail possèdent également une très grande puissance pour combattre les micro-tumeurs qui sommeillent en nous. Au même titre que les légumes crucifères, l’ail et les alliacées doivent donc être considérés comme une défense de première ligne contre le cancer, de véritables gardiens de notre santé qui veillent à limiter les dommages causés par les différents agresseurs toxiques auxquels nous devons faire face quotidiennement.

 

Actions diverses

Les effets bénéfiques de l’ail n’ont jamais été démentis. Il facilite la digestion et est indiqué come spasmolytique, apéritif, hépatoprotecteur, cholagogue et cholérétique.

Il possède une action sur les organes digestifs, où il agit comme un antiseptique. Il détruit la flore pathogène et aide à lutter contre la diarrhée par son action spasmolytique.

Hélas… il est mal toléré par certains estomacs. Si vous désirez consommer de l’ail et ne pas souffrir de mauvaise haleine, mâchez et avalez un morceau de pomme, ou encore quelques grains d’anis vert ou de café.

Vous pouvez aussi vous rincer la bouche avec de l’alcool de menthe ou des brins de persil, contenant de la chlorophylle.

 

Utilisation

L’ail s’utilise frais ou peu cuit à la vapeur afin de ne dénaturer ses propriétés. La teinture-mère, la poudre micronisée, les nébulisats sont couramment prescrits. L’huile essentielle est quasiment introuvable sur le marché français car les distillateurs sont contraints de réserver spécialement un alambic pour la distillation de cette plante.

C’est une huile essentielle très puissante et peu utilisée en raison de son odeur difficilement supportable et maîtrisable qui se répand même à travers le flacon bouché ! On l’utilise surtout en externe.

Cette huile essentielle ne doit pas être utilisée pure en raison de son caractère très irritant pour la peau et la muqueuse de l’estomac.

Ses propriétés : vermifuge, antibactérienne, anti-hypertensive, anti-cholestérol.

Cors, durillons, verrues : 1 goutte d’huile essentielle d’ail sur une demi gousse d’ail pelée à appliquer sur la callosité à faire disparaître, 2 fois par jour jusqu’à disparition de l’excroissance.

En raison de ses nombreuses indications, cet alicament est une véritable panacée.

Contact
Contact
06 06 57 25 28
Voir toutes les actualités Rappel Gratuit Prendre RDV